Vous êtes ici : Nos rendez-vous > Quid des Zones à faibles émissions ?

Quid des Zones à faibles émissions ?


Du 19/01/2021 Au 19/01/2021
Type d'évènement : manifestation

Présence AXA Collection : oui

Igor Biétry fait le point sur les zones à Faibles Emissions interdisant leur accès aux véhicules considérés comme les plus polluants.

Face à « l’urgence environnementale et climatique», 24 villes travaillent à la mise en place de Zones à Faibles Emissions interdisant leur accès aux véhicules considérés comme les plus polluants. Dans le principe pourquoi pas, mais quid des voitures de collection ? Voici ce qu’il faut savoir.

On entend ou on lit que les voitures anciennes ne peuvent plus rouler dans les ZFE (Zone à Faibles Emissions) depuis le 1er janvier 2021. C’est faux ! Si effectivement plusieurs villes et métropoles ont classé leur centre et parfois leur périphérie en ZFE, la Fédération Françaises des Véhicules d’Epoque (FFVE) travaille à trouver un consensus auprès des édiles des villes et métropoles concernées pour permettre de continuer à rouler en voitures anciennes.

Il est important de rappeler que cette limitation de circulation n’est pas une spécialité française mais bien un choix européen. La Suède et l’Italie ont carrément bloqué certains centres ville à toute circulation.

L’argument de la FFVE qui s’emploie corps et âme auprès des ZFE, est basé sur des chiffres importants : La voiture ancienne représente moins de 1% du parc roulant et la part des véhicules diesel, principaux véhicules dans le collimateur des ZFE, ne représente que 15% du parc des véhicules de collection. Il faut ajouter à cela que le nombre de kilomètres parcourus en moyenne pour les véhicules de collection est de l’ordre de 1500 km par an soit 15 fois moins que les autres véhicules.

De fait, l’incidence globale des véhicules de collection sur la pollution est totalement dérisoire. On parle de proportions infinitésimales. Les gens mal informés se plaisent à dire que les véhicules anciens polluent, ce qui est une contre vérité puisque la très grande majorité est entretenue avec une attention toute particulière et pour cause puisque ce sont des véhicules plaisirs détenus par des passionnés.

Notons également qu’il n’est pas prévu de taxe pour obtenir une vignette qui permettrait de rouler. En revanche, la FFVE préconise la détention d’une carte grise de collection qui n’a pas une vocation à lui « faire gagner de l’argent » puisque c’est une association loi 1901, mais à classé les véhicules dans une catégorie qui les « rangent » dans une catégorie de « bien patrimoniaux ».

Et ceux qui imaginent que c’est la porte ouverte à une limitation des droits, se trompent aussi, puisqu’en fait c’est l’inverse qui se produit. Avec la carte grise de collection, le véhicule n’est plus seulement un véhicule, mais un élément de patrimoine. La FFVE qui travaille sur ce dossier depuis plusieurs années déjà, cherche dans cette idée à créer une vignette de collection qui permettrait à chaque véhicule concerné de pouvoir accéder aux ZFE sans restriction ni dérogation. Vaste chantier pour cette fédération qui rappelons est la seule représentante, reconnue d’utilité publique, des véhicules anciens.

Les grandes associations automobiles ont d’ailleurs mandaté la FFVE pour ce dossier (Automobile club de France, Fédération Internationale de l’Automobile, Fédération International Véhicules Anciens, Comité des Constructeurs français d’automobile, Conseil national des professions de l’automobile et même l’Automobile club de Monaco).